Actualités et événements

Lundi 12 Décembre, 2016


Empreinte carbone, gestion de l’eau, économie circulaire… CCEP s’engage au quotidien. Interview d’Arnaud Rolland, Responsable RSE chez Coca-Cola European Partners France.

Arnaud Rolland

Empreinte carbone, gestion de l’eau, économie circulaire… CCEP s’engage au quotidien.
Interview d’Arnaud Rolland, Responsable RSE chez Coca-Cola European Partners France.

Q : Il y a un peu plus d’un an, l’ONU a publié ses 17 objectifs pour le Développement durable (« Sustainable Development Goals », SDGs), qui sont entrés en vigueur le 1er janvier 2016. La COP21, qui s’est tenue à Paris l’hiver dernier, a également contribué à placer la France au centre de la lutte contre le réchauffement climatique. Depuis un an, que pensez-vous du chemin parcouru ? Concrètement, comment Coca-Cola European Partners (CCEP) agit-il au quotidien ?

R : Coca-Cola European Partners (CCEP) est engagé, de longue date, pour limiter l’impact des activités de l’entreprise sur l’environnement. C’est pour cette raison que nous avons aligné notre stratégie environnementale sur les objectifs de développement durable définis par l’ONU. Plus précisément, nous orientons nos efforts autour de 3 objectifs en particulier : la réduction de nos émissions carbone, la gestion responsable de l’eau, et le recyclage de nos déchets.

Cette stratégie s’inscrit dans une démarche de dialogue avec nos consommateurs mais aussi les pouvoirs publics. Nous avions d’ailleurs présenté nos engagements et nos actions pour le climat pendant la COP21, dans le cadre du salon Solutions COP 21 à Paris.

Q : Vous vous êtes donc engagés sur le 13ème objectif de l’ONU « Lutte pour le climat » qui implique de prendre des mesures urgentes pour limiter le réchauffement et ses conséquences… Où en êtes-vous ?

R : Cet engagement participe de notre objectif de réduire de 50% notre empreinte carbone d’ici à 2020. Nous sommes déjà dans la bonne direction : pour un litre de boisson fabriqué, nous avons déjà réduit de 35 % la consommation d’énergie depuis 2008.

Nous avons également pris des engagements en amont de certaines décisions des autorités publiques. Par exemple, le 15 octobre dernier, 197 Etats ont signé un accord interdisant l’utilisation des gaz hydrofluorocarbures (HFC). Nous avions pris cette décision dès 2011 : CCEP s’était engagé à ne plus acheter de réfrigérateurs utilisant des gaz HFC à partir de janvier 2013. Cette promesse ambitieuse a non seulement été tenue, mais elle a également des conséquences d’un point de vue business : remplacer l’ensemble de notre flotte d’équipements. En septembre 2015, déjà 25% de notre parc de réfrigérateurs était sans HFC.

Q : Quelles actions concrètes pour la gestion responsable de l’eau, 6ème objectif de l’ONU, dans le monde et en France ?

R : A l’échelle globale, notre premier objectif est de protéger la durabilité des sources d’eau locales. De plus, nous recyclons 100% des eaux usées à la norme vie aquatique avant d’être rejetées dans le milieu naturel. En France, nos sites de production ont diminué leur consommation d’eau à volume équivalent de 26 % depuis 2004 (de 1,65 à 1,22 litre), grâce à de nombreux investissements dans les nouvelles technologies.

Q : Les emballages représentent 52 % des émissions carbone réalisées sur l’ensemble du cycle de vie des produits de Coca-Cola. Où en sont les actions de CCEP en matière de recyclage et d’économie circulaire ?

R : Cela recouvre le troisième objectif de l’ONU pour lequel nous nous sommes engagés, à savoir une consommation et une production responsables. Au niveau global, nous avons donc réduit de 17% les matériaux d’emballages utilisés depuis 2007, et intégré une large part de matériaux recyclés dans nos bouteilles et canettes : en moyenne, 34% de plastique recyclé dans les bouteilles PET, 40% de métal recyclé pour les canettes, et 40% de verre recyclé pour les bouteilles en verre.

En France, nous nous associons avec les pouvoirs publics et des entreprises partenaires afin de maximiser ces résultats. Par exemple depuis 2013, CCEP est membre du projet Celaa qui rassemble des acteurs comme Nespresso et Eco-emballages pour créer une nouvelle filière de recyclage pour les emballages légers en aluminium. Le 7 décembre, le Celaa a dressé un bilan très encourageant de la première phase de ce projet : grâce aux efforts combinés de l’ensemble des acteurs, le taux de recyclage des emballages en aluminium est passé de 32% en 2012 à 41% en 2015 !

Nous explorons également de nouveaux modes de collecte. Nous avons ainsi mis en place avec METRO un circuit innovant de collecte, tri et recyclage des emballages de produits consommés en hors-domicile. Ce projet pilote a permis de capter près de 20 000 canettes et bouteilles, sur un segment particulièrement complexe. Il a d’ailleurs été récompensé le 17 octobre dernier par les Trophées ECR.

Enfin, nous n’oublions pas que la première action en faveur du recyclage se trouve dans la sensibilisation du grand public au geste de tri, en particulier les plus jeunes. C’est la raison pour laquelle nous avons créé Infinéo, le premier centre pédagogique sur le recyclage en France, où nous avons accueilli près de 5 000 visiteurs depuis son ouverture en octobre 2013.

Haut de la page